FrenchEnglish

Julie Snyder s’excuse suite à toute la saga à Occupation Double

Lors de son émission La semaine des 4 Julie, l’animatrice Julie Snyder est revenue sur toute la saga d’Occupation Double. Suite à la perte de 4 commanditaires, la productrice parle des corrections pour régler la situation.

Elle dit : « C’est une première en seize ans que pendant l’aventure d’Occupation Double on doive mettre fin au parcours et sortir des maisons plusieurs candidats pour leur comportement. On leur a d’abord servi un avertissement, cet avertissement n’a pas porté fruits parce qu’avant d’exclure des candidats, on doit quand même s’assurer qu’ils seront encadrés, ce sont des êtres humains, les gens qu’on va sortir.

Il faut aviser les familles, les encadrer. Ils sont non seulement exclus, mais ils doivent comprendre pourquoi ils le sont et il faut qu’ils soient accompagnés dans cette démarche-là.

À cette fin, on a créé des mesures comme demander à la psychologue qui s’occupe des candidats en amont et en aval, on lui a demandé de se rendre en Martinique pour rencontrer les candidats. On a demandé à un spécialiste en prévention de l’intimidation et on a demandé à l’autrice India Desjardins d’aller offrir aux candidats exclus et à ceux qui sont toujours dans l’aventure, une discussion sur la communication non-violente.

Ils et elles arriveront demain en Martinique et ultimement, la production et moi on prend la responsabilité et nous nous excusons. C’est l’occasion d’avoir un constat commun sur cet enjeu de société. On aurait, probablement, et on aurait dû agir plus vite. On espère de tout coeur que cela ne se reproduira plus. Encore une fois, j’offre toutes mes excuses à ceux et celles que ça a offensé. »

Bruno Pelletier explique la pire phrase qu’il n’aime pas entendre dans une soirée

Patrick Huard a eu toute une leçon en tournant avec un policier

Martin Matte présente ses excuses à Johanne

Simon Olivier Fecteau est vraiment pas impressionné par le service de Bell

2 Québécois font des t-shirts pour dire qu’ils sont forcés d’aller aux pommes