FrenchEnglish

Pascale Nadeau explique les véritables raisons de son départ de Radio-Canada

 

Le journaliste Richard Therrien a partagé dans sa chronique la lettre de Pascale Nadeau qui explique les vraies raisons de son départ de Radio-Canada. La cheffe d’antenne n’est pas partie en bon termes avec son employeur. Dans sa lettre ouverte « Pourquoi je quitte Radio-Canada » pour le journal Le Soleil, Pascale Nadeau partage les véritables raisons de son départ de Radio-Canada.

 

Voici quelques extraits de sa lettre ouverte :

« À défaut d’obtenir la reconnaissance de ma direction, je crois humblement pouvoir dire que j’ai gagné la vôtre et votre affection de surcroît, ce qui est un cadeau inestimable. Je pourrais aujourd’hui décider de me taire et surfer sur cette vague d’amour qui déferle sur moi depuis l’annonce faite par Radio-Canada de mon départ et m’éviter ainsi une réplique certainement cinglante de la SRC. Mais il est dans ma nature de dire la vérité. Alors la voici.

 

Je ne pensais pas mettre fin à ma carrière si vite, j’avais encore de belles années à offrir et je ne croyais surtout pas la terminer de cette façon, par la porte d’en arrière.

 

Il y a un an, mon employeur, sans aucun avertissement et sans même demander à me parler, a accueilli une dénonciation anonyme à mon endroit. Une dénonciation anonyme faite au nom d’une tierce personne et qui s’est avérée être un ramassis d’allégations mensongères ou citées totalement hors contexte. Nous ne parlons pas ici de harcèlement ou de dénigrement, loin de là! Mais de remarques faites dans le cadre de mon travail et de mes fonctions.

 

Je ne peux malheureusement pas vous dire ici, dans le détail, à quel point la démarche me fut humiliante, douloureuse et pénible, car, appuyée de mon syndicat dans un grief costaud, le tout sera bientôt porté en arbitrage et deviendra alors public. D’ici là, nous sommes tous tenus à la confidentialité.

 

Ce que je peux vous dire, par contre, est que le résultat de cette longue enquête, dont on ne m’a jamais laissé lire le rapport, si ce n’est que deux petits extraits, n’a conclu à rien si ce n’est qu’à des allégations non fondées ou « partiellement fondées ». Lesquelles? Je ne sais toujours pas. »

 

Elle affirme aussi que Radio-Canada s’est caché derrière l’excuse du décès de ses parents pour justifier son absence :

 

« Cette explication m’a d’ailleurs mise profondément mal à l’aise et je tiens à m’excuser en leur nom. Oui, j’ai perdu mes parents, l’un après l’autre, après avoir pris soin d’eux comme seule aidante naturelle pendant plusieurs années. Cela fut difficile. Mais combien de milliers de familles ont perdu un être cher dans la dernière année et demie, dans des conditions tellement plus dures et déchirantes que la mienne? J’ai eu la chance, moi, de les accompagner jusqu’à la fin. Avec cette enquête, Radio-Canada s’est attaquée à mon intégrité. En me sanctionnant de la sorte, sur la base d’une dénonciation anonyme faite au nom d’une tierce personne et sur la base d’une enquête qui ne parvenait à aucune conclusion franche, elle a piétiné ses propres principes d’éthique et de rigueur journalistique qu’elle continue de brandir fièrement comme étendard.

Je ne demandais pour revenir au travail qu’une simple excuse et le retrait de cette tache à mon dossier. Rien de plus. Mais Radio-Canada ne s’excuse pas. »

Pour lire la lettre, on vous invite à consulter l’article du Soleil:

 

L’équipe des réseaux sociaux de chez Hydro-Québec et Valentine s’affrontent dans une discussion assez comique

 

La journaliste qui s’est faite donner une moufette répond de la meilleure façon à ses détracteurs

 

 

Vincent Langlois a le visage extrêmement enflé suite à sa première séance pour retirer ses tatouages

 

Pascale Nadeau s’adresse aux internautes suite à l’annonce de sa retraite

 

Une émission spéciale sera diffusée pour souligner les 30 ans de Watatatow