FrenchEnglish

Chronique SOS Dettes #1 – Bien manger sans te ruiner

Si on en croit un récent « tweed » de François Legault, le Québec est en train de se vider de son élite économique et on se retrouvera bientôt tous sans le sou, écrasés par le poids des hausses d’impôts et des coupures dans la fonction publique. On survivra en mangeant le cuir de nos bottes et des branches de sapin, on chauffera nos grottes avec les restes de nos vieux meubles IKEA et on s’éclairera à la lueur de lampes à l’huile remplies de la graisse d’écureuils capturés au Parc Lafontaine.

Pour faire face à l’imminente apocalypse, mais surtout à la vie de tous les jours et aux fins de mois difficiles, Petit Petit Gamin, en collaboration avec SOS Dettes, te proposera au cours des prochaines semaines une série d’astuces complètement géniales pour vivre pleinement dans un épanouissement total, sans pour autant devoir te serrer la ceinture et casser ton petit cochon. Super, non?

Comme on est des experts en bouffe sur le pouce et en sandwichs pré-emballés de dépanneur, on s’est dit qu’on commencerait par te donner quelques trucs pour manger sainement sans te mettre en faillite. C’est très bon du Kraft Dinner (surtout avec du bacon ou des saucisses à hot dog!), mais si tu en manges trop souvent, tu risques à la longue de prendre la même teinte jaune-orange que le petit fromage en poudre, et tu veux vraiment pas ça (à moins d’être un habitué du Fuzzy Laval).

Voici donc sans plus tarder notre top guide pratique en 5 étapes pour manger à ta faim sans avoir à vendre ta collection de Pog.

#1 – Apprends à cuisiner, maudit fainéant!

Ça peut paraître idiot, mais pour le prix d’un bon pain de viande congelé Michelina’s, tu peux probablement nourrir une famille de 4 personnes avec des aliments sains. Le truc, c’est de préparer des grandes quantités et de congeler ou réserver en portions individuelles. Pour moins de 10$, tu peux faire une sauce à spag du tonnerre, un gros chaudron de chili con carne ou des bons ragoûts qui te fourniront plusieurs repas pendant les longs mois d’hiver (à moins que comme moi, tu en manges des bols en cachette en écoutant des reprises de CSI à Canal V). Si tu cherches de l’inspiration, je te conseille fortement de commencer avec les livres et les vidéos de notre ami Bob le Chef!

#2 – Ne fais pas toutes tes courses au supermarché

Les supermarchés à grande surface, c’est ben l’fun, mais le fait de tout trouver ce que tu cherches à la même place, ça a un prix. Et ce prix là, il est pas juste sur l’étiquette des produits eux-mêmes, mais aussi dans leur qualité. Tu risques en effet de trouver des meilleurs légumes pour moins cher à la fruiterie du coin, une baguette fraîche pour 1$ de moins chez ton boulanger, des bons fromages de chez nous vraiment moins chers qu’à l’épicerie chez ton fromager, etc. Les épiceries en vrac (comme Aliments Merci!, par exemple) sont également une bonne astuce pour s’approvisionner en épices et en condiments, souvent très chers au supermarché. Encore une fois, si tu achètes en grande quantité, tu économises sur le total. Donc au lieu d’une portion individuelle de riz Uncle Ben’s pré-cuit, achète-toi donc une grosse poche de riz basmati ou de haricots séchés, tu vas en avoir pour 3 mois pis ça va te coûter à peu près la même chose.

Mieux encore, rends-toi dans un marché public (généralement les matins de fin de semaine) et achète des produits frais directement du producteur. C’est moins cher, plus écolo et tes fruits et légumes vont se garder beaucoup plus longtemps que ta laitue du Mexique qui a fait deux semaines de camion avant de se rendre sur ta table, donc moins de gaspillage et plus d’argent dans tes poches! Les petites épiceries latino ou orientales font peut-être un peu peur avec leurs produits aux étiquettes illisibles, mais leurs prix sont très souvent ridicules comparés aux grandes surfaces, surtout pour la viande.

#3 – Food trucks et autres bouis-bouis

Si jamais t’es du genre à paniquer en entrant devant une cuisinière et qu’une recette aussi simple qu’un riz au poulet tourne inévitablement au désastre (c’est toujours impressionnant de voir les pompiers débarquer, mais on va laisser ça aux voisins, hein?), désespère pas, il existe aussi des solutions pour toi. Si tu n’as pas la chance d’avoir une gentille maman qui te prépare de bons petits plats pour tous tes repas, classés par journée avec des post-its de couleurs différentes, tu peux toujours te rabattre sur les restos beaux-bons-pas chers. Ça risque de te demander un peu de recherches, mais c’est pas peine perdue.

Cet été, je suis allé faire un tour à San Francisco, et c’est vraiment le paradis du food truck. À toute heure du jour, à tous les coins de rue, on pouvait trouver un camion qui offrait de la bouffe de qualité, préparée sous tes yeux pour une poignée de dollars. Si la réglementation ne permet pas aux food trucks de se stationner simplement dans la rue à Montréal, ils sont tout de même très à la mode depuis quelques temps et tu peux les retrouver dans les festivals, les foires ou encore les jours de semaine au Parc Émilie-Gamelin. Tacos traditionnels, sandwichs au pulled-pork, hot dogs, la qualité est au rendez-vous et ça ne devrait pas t’empêcher de payer ton prochain loyer. Gardez l’oeil ouvert en particulier pour les camions de Grumman 78, Nouveau Palais et Pas de cochon dans mon salon.

Comme la saison froide approche, il risque d’être plus difficile de trouver ces fameux restos ambulants, mais il existe quand même tout plein de petits restos qui offrent un menu à la fois abordable et bon dans la bouche. Les délicieux sandwiches viet (Banh mi) sont très en vogue en ce moment et ne vous coûteront que 3-4$ pour une généreuse demi-baguette bien remplie. Les rôtisseries portugaises, les taquerias et les smoked meats sont aussi de bonnes alternatives au fast food des grandes chaînes. Installez une application comme Urban Spoon sur votre mobile, ça pourrait vous sauver la vie en cas de fringale!

#4 – Se péter les bretelles sans casser la tirelire

C’est bien beau manger cheap, mais des fois on a envie de fêter avec une bonne bouffe dans un chic resto. Ça tombe bien, Montréal en regorge! Et si tu veux t’offrir un bon repas en tête à tête avec ta douce moitié sans devoir contracter une hypothèque ou vendre l’argenterie de ta grand-mère, il existe d’autres moyens que de déposer une mouche morte ou un éclat de verre dans ton assiette et d’appeler le serveur d’un air scandalisé.

Premièrement, les restos apportez votre vin sont une bonne façon d’alléger ta facture. Une bonne petite bouteille à 15$ à la SAQ (laisse tomber le vin de dépanneur ou d’épicerie, tu vas payer plus cher pour un produit de moins bonne qualité, sans compter les taxes) et le tour est joué!

Plusieurs restos branchés offrent aussi des menus spéciaux les midis, au 5@7 ou plus tard en soirée; tu peux donc déguster la cuisine de grands chefs sans la facture salée qui vient normalement avec. Le site montréalais dineafternine.com propose d’ailleurs une petite liste de restos qui offrent un menu ou des tables d’hôte à prix réduit après 21h. Ça vaut le détour!

#1 – Lancements, vernissages et événements mondains

C’est bien connu des jeunes artistes bohèmes de l’UQAM, une des meilleures façons de manger gratis, c’est de courir les vernissages et les lancements (comme le lancement du dernier livre de Bob le Chef, où on est allés se bourrer la face la semaine dernière). En plus des bouchées et autres plats de crudité, la plupart offrent aussi du vin cheap en quantité industrielle, donc pourquoi se gêner?

Faut faire attention, par contre, certains vernissages demandent une petite contribution ou n’offrent tout simplement pas de bouffe, alors il est très important de t’informer à l’avance (surtout si c’est un vernissage de Corno ou de l’art performatif de second plan). Apprendre par coeur quelques citations de Nietzsche et de Roland Barthes pourrait aussi te sortir de l’embarras si jamais quelqu’un découvrait la supercherie.


Cette chronique était présentée par SOS DETTES, un organisme sans but lucratif qui vient en aide aux personnes en difficulté financière en offrant gratuitement des conseils et un programme pour les aider à se sortir de l’endettement.